2022, l'année des nouveaux défis, un souhait d'augmenter la distance.

Après l'out of Times au mois de janvier, voici le Radicatrail, où je décide de ma lancer sur le grand défi. 

Le week end du Radicatrail, l'occasion de revoir la majorité des membres du club et d'autres têtes connues. Ça fait du bien de remettre un dossard.
Je passe chercher les dossards, le stress commence à monter. je reçois pleins de messages d'encouragement qui font toujours plaisir.

1ere course: 14km, 450m D+.
Le départ est donné à 15h30, dans la bonne humeur avec plusieurs membres du CCPB, coureurs et supporters. Je pars prudemment, l'objectif est simple, le faire à rythme cool pour garder un maximum d'énergie pour la suite du défi. Le parcours emprunte rapidement de belles montées, elles passent bien, la forme est au rendez vous. Je commence à doubler quelques personnes,je vois Romain juste devant moi. On fait quelques km ensemble, On croise les supporters du jour, ça fait toujours plaisir d'être encourager sur le parcours.  Une derniere descente, un petit tour dans le parc des aulnes et l'arrivée est déjà là.

Je serais bien accompagnée pour franchir cette arche d'arrivée avec les loulous. Le parcours, malgre ses  qq difficultés, est très bien passé et je n'ai pas l'impression d'avoir forcé. Les voyants sont au vert pour la suite. 

2eme course: 16,5km, 450m D+ de nuit.
Départ 21h30, au son de la musique et sous les fumigènes avec une partie de  la team. 

Un peu de détails sur cette virée en Belledonne, ou quand rien ne se passe comme prévu...

Le gros du chantier se passe entre les Km 10 et 30. Donc la stratégie est: en dedans jusqu’au 30em pour pouvoir bien dérouler sur la 2em partie moins technique.

Bon ça c’était avant la première descente ou dès les premiers mètres j’ai rechopper ces douleurs bizarres au quadriceps.

Première descente je dois perdre 50 places et 30 minutes (Tout en marchant), je suis dégouté et je décide de passer en mode entraînement et envisage la fin de la course en mode rando.

Une bonne « idée » me vient alors: "Vu que tu peux pas descendre tu n’as qu’à faire les montées à bloc."

Ça marche !  je dois reprendre quasiment tous ceux qui m’ont dépassés dans la première descente, deuxième descente toujours pas possible des courir. Du coup je me fais rattraper par les premiers de la troisième vagues, Là ça commence à moins m’amuser.

Pourtant ce parcours est aussi magnifique qu’exigeant, arrivée à la première base de vie j’envisage juste de rejoindre le ravito d’après pour me faire récupérer par Laurence.

Dans la montée suivant le ravito je reprends à nouveau beaucoup de monde et la douleurs semble partir (va comprendre).

Effectivement arrivé au sommet sur un nouveau passage de crêtes mais pas trop technique celui-là, je peux courir à très bonne allure

Si quelqu’un peut m’expliquer !! Du coup je peux finir la course dans de très bonnes conditions

Il me m’aura fallu 35 km de rando avant de pouvoir courir et finir la course avec grand plaisir et faire sonner la fameuse cloche.

Un peu déçu de ma course. Vu les bonnes sensations pendant l’UT4M en off j’envisageais mieux que ça.

Mais content d’avoir pu mettre un dossard, surtout sur ce parcours magnifique.  

Gwen #1411


Vendredi soir avait lieu la 1000d+ l'Havrais Nocturne, une course (ou rando) de 32kms et 1100d+ organisé par mon pote François Lerogeron. 5 jours après le maxicross raté (et ses 42kms-1700d+) boueux à souhait, arpenter les rues et escaliers semble être une bonne thérapie.

Le principe un départ en duo en contre la montre toute les 30'' à partir de 19h30, on suit un marquage au sol et de la rubalise, 18 balises à poinçonner au passage. Connaissant la perversité du loustic à faire souffrir les cuissots ça ne peut être que séduisant....

On décide d' aller faire quelques foulées d'échauffement avec Rémi Debris... Euh à 30'' près on ratait notre départ....
C' est parti pour au moins 3h de balade, le temps est nickel, le boss a fixé le chrono de référence en 3h06, on se met vite d'accord pour faire la balade en mode course. Il faut s'arrêter pour poinçonner ça va être chaud... et excitant.
 

Le départ est assez roulant, on rattrape déjà plusieurs duo, une tape au cul de David Botte et Ludo Colombier au passage, et les premiers escaliers arrivent, le match du hac en fond sonore, Frederic Foubert, Anthony Duflo... Jusqu'au duo de tête, les petits gars du CCPB Yann Levasseur et Laurent Mouette au bout de 6kms. Tout s'enchaîne bien on monte vite, des escaliers interminables, génial de découvrir tout ces coins et recoins de nuit. Rémi connaît mieux, "oh l'enf.... de François il nous fait prendre celle là... '' sera la phrase de la soirée . Un petit passage dans le MUR de montmorency, on ne voit pas la balise.

On croise qq duos perdus. Ça déroule, on a les yeux sur le chrono, et se dit que ça va être dur d'être sous les 3h...Rémi menait sur le début, j'enquille sur la fin, les jambes sont là et le cardio ne monte pas dans les escaliers, un vrai régal, on va jusqu'aux jardins Suspendus , saint adresse puis on redescend en ville, dernière ligne droite et retour au collège...
3h05 et qq secondes, 2h57 en temps de course, on s'est bien dépouillé, du plaisir au maximum. Merci Mr Rémi.

Surtout un grand merci au patron François, quand je vois le temps que l'on a mis en étant au taquet, difficile de calculer le temps mis à faire et refaire le marquage au sol (il était parfait) , grand fou... 
Merci à toute l'équipe de bénévoles et d'assistance. Les photographes de choc Richard Coupy et tantDeMM cachés dans tout les recoins.

Emeric

Le marathon du Mont Blanc ça fait des mois qu'on en parle, des mois qu'on s'entraîne et puis nous y voilà, mes 3 copines normandes, Wafa et moi ...
Les copines arrivent à la maison après une petite dizaine d'heures de trajet... courageuses mes normandes pas de bière ... on se réserve après ... si on arrive au bout .... notre objectif être finisher et des doutes dans la tête, la température le dénivelé .... c'est trop tard, on ne peut plus reculer.

Le samedi matin tôt on rejoint Chamonix pour le retrait des dossards, il fait déjà très chaud, petit pique nique, l'ambiance est toujours décontractée et là on nous annonce, départ à 6H au lieu de 7h.... moi j'aime pas ... j'aime pas me lever tôt mais bon il va falloir, l'orage est prévu pour la soirée ... pasta party sans grande ambiance on rejoint le mobil home et le sommeil est difficile à trouver pourtant il faut se reposer. Dring, c'est l'heure, 3H30 il fait nuit, ca piiiiiiiique

Dépose des sacs et nous voilà dans les sas. wafa dans le premier, Elise en Nath dans le dernier et Sandra et moi au milieu, mais Elise est triste et moi je voulais être avec Nath Devant l'insistance d'Elise l'organisation accepte que nous partions toutes les 4 ensemble dans le dernier sas .Wafa est triste et émue aussi et seule, ça nous fait de la peine on te rejoint tkt ma cops on se retrouve à l'arrivé Grosse émotion au départ et nous partons par binôme.
Les deux jeunettes devant et les deux moins jeune derrière devinez 
les dix premiers km j'ai du mal à trouver mon souffle et mon rythme, Nath est au taquet il ne fait pas encore trop chaud et arrive le premier ravito Avec bonheur nous retrouvons Daniel Arlette Laure les parents de Sandra notre comité de soutien qui ne nous a pas lâché et encouragé durant toute la courses, merci merci c'est important dans ces moments là !!! arrive la montée des posettes, je revis... enfin du dénivelé..

Je retrouve Sandra en difficulté elle souffre avec cette chaleur, et nous abordons cette montée avec Nath, la chaleur commence à être gênante Notre duo de jeunettes va retrouver des forces en descente Nos duos ne vont pas se défaire, nous resterons ensemble durant toute la course et nous passerons les barrières horaires malgré les difficultés, toujours soudées, toujours soutenues Une force qui nous a permis de relever ce DEFI de nanas qui nous a renforcé BRAVO LES CHAMPIONNES MERCI MERCI à notre staff d'encouragements au top et je voulais par ce message remercier toutes les personnes qui m'ont adressé leurs encouragements Bonnes vacances à tous et vivez pleinement vos rêves même les plus fous..

Isa

Toutes les photos


Aujourd'hui j'ai les cuisses en vrac mais je me sens bien, j'ai ce sentiment d'avoir atteint MON objectif ! 
 
Tout commence il y a bien longtemps, Sandra me répète sans cesse que je peux le faire mais cela reste pour moi inaccessible aux vues du nombre d'entraînements que je peux réaliser par semaine. Et oui comme toutes les mamans je cours beaucoup mais entre la nourrice, le boulot et le supermarché et ça ne donne pas l'endurance pour courir un 34 km !!!
 
Cette année , j'ai envie de nouveauté et de changement. Alors, toujours sur les conseils et les coups de pied au cul de Sandra qui me répète que je dois sortir de ma zone de confort, je décide,quasiment la veille, de me lancer sur le  22 km des 7 mares. Et bien, je voulais de la nouveauté j'en ai eu et d'ailleurs depuis ce trail, j'ai l'impression qu'aucune côte ne peut plus me faire peur. 
 
Et ça tourne dans ma tête de semaine en semaine, je me dis pourquoi pas mais j'ai peur( j'ai toujours la trouille de tout de toute façon). Romain me dit tous les mardi que j'en suis capable.  Alors j'essaie de suivre tous les entraînements du dimanche et tous ceux du mardi pour être prête.
La proposition de Marie- jo assois ma décision: c'est parti on s'inscrit ensemble, c'est rassurant !
 
Nous y sommes, l'arrivée à la salle de tancarville est très conviviale, chaleureuse, le soleil est là , nous retrouvons les copains du club ça fait du bien.
 
Top départ, je suis perdue car je n'ai aucune idée de comment gérer ma foulée et mon rythme,  c'est perturbant...
Les kilomètres défilent les uns après les autres, j'arrive à prendre mes marques,entre soleil, vent et petite pluie. c'est agréable et j'ai toujours Marie-jo qui est là,  elle me parle tout le temps et surveille si je bois et je mange ça fait du bien.
 
Il y a du monde à tous les virages ( petit clin d'oeil à antho), les copains, les enfants,mes collègues et mes 3 gars...c'est le top.
 
Le 30 ème km est là, je n'ai jamais vu ce chiffre sur ma montre!
Coup de mou, je sens que ma tête prends le relais car mes pattes sont vides mais je tiens. je ne suis pas du genre à laisser tomber, et puis le petit pont en bois et les tambours sont là je les entends c'est l'arrivée.
 
Pur bonheur c'est main dans la main que nous passons la ligne d'arrivée accompagnées de Louis et Victor.
 
Je sais qu'il m'a manqué quelques entraînements mais malgré tout le plaisir prend le dessus sur la difficulté,c'est essentiel.
 
Je m'arrête  car je pourrai en parler des heures, en bref, merci à ceux qui m'ont poussée à sortir de ma zone de confort !! Merci à Marie-Jo pour m'avoir épaulée pendant plus de 4 heures, aux copains du club qui m'ont porté par leurs encouragements avant et pendant, à mes 2 petits gars et surtout à Julien qui depuis le mois de janvier me répète tous les soirs qu'il croit en Moi et que je dois y arriver....
 
Encore une fois,  je suis fière de faire partie de ce club ou l'on ne se prend pas la tête , on se marre et on se soutien.
 
Bravo le CCPB
   
© CCPBeuzevillais © 2015